ACTUCAMUS

IMG 6797

Ils sont treize élèves de la 6° à la 3° à être à l'initiative du projet citoyen de réalisation d'un potager, sur une parcelle du collège située près de la vigne.

Ils sont membres du CVC (Conseil de la Vie Collégienne), du CA (Conseil d’Administration) et du CDJ (Conseil Départemental des Jeunes).

Avez-vous pris le temps de vous plonger dans la lecture de l'exposition actuelle située dans les couloirs ?
Ils avaient 5 à 6 semaines, pour inventer, écrire et réaliser le carnet de liaison d'un collège pour monstres.
En fin de trimestre dernier, les élèves de 6ème E et F ont participé à un projet d'écriture "monstrueux" mené par Mme SAMBA.

Trois classes de 4° ont participé, durant trois mois, d' octobre à décembre, au projet "Accès au droit", en partenariat avec l'Ecole Nationale de la Magistrature (E.N.M.) et CDAD de la Gironde. Les objectifs de ce projet étaient de découvrir le monde de la justice, ses métiers, le déroulement d'un procès en assises ou correctionnelle, les peines selon les faits reprochés, les différences entre le système américain et le système français.

Savez-vous qu'une épidémie langagière a touché le collège Albert Camus ?

Autant les élèves que les professeurs.

Ce virus se propage de plus en plus, à une vitesse vertigineuse et devient même un tic de langage. Après avoir touché les journalistes, les célébrités, les politiciens, il s'attaque maintenant aux collégiens, aux professeurs et aux parents d'élèves.

Ils ont quitté le collège en juin dernier, fiers de pouvoir commencer une vie lycéenne ou un apprentissage. Chacun a pris sa route.
Les anciens élèves de 3°sont pourtant revenus nombreux récupérer leur diplôme, parfois accompagnés de leurs parents, à l’occasion d’une cérémonie organisée le mardi 20 novembre.
Occasion, pour eux, de revoir les copains, de revoir leurs anciens professeurs.
Ce fut une occasion de les féliciter officiellement.
Bonne route à eux.

Cinq élèves du collège Albert Camus, Amélie, Noam, Quentin, Oriane et Gabriel, ont participé aux commémorations du 11 novembre, en citant, pour certains, les noms de tous les soldats eysinais Morts pour la France, durant le conflit de 14 / 18, pour d'autres en lisant une lettre du soldat Gaston LALUMIERE, originaire d'Eysines. Gaston n'a alors que vingt-quatre ans.